Moucher bébé : un soin plus important qu’il n’y paraît…

Bébé grognon, irrité pour un oui ou pour un non, petite fièvre, nez bouché et écoulement de mucus… si le rhume de l’enfant est généralement bénin, ses symptômes sont dérangeants : obstruction nasale rapide (petites voies respiratoires), risque de surinfection bactérienne, sommeil perturbé, manque d’appétit pour le biberon et le sein (succion compliquée), etc.

Le rhume, qui est une maladie virale, est indispensable au développement du système immunitaire de bébé. Mais rien ne vous empêche de donner un coup de pouce à votre chérubin pour désengorger ses voies nasales et l’aider à retrouver sa qualité de vie ! Voici comment…

mouche-bebe-pour-deboucher-nez-enfant-1200x600

Le nez congestionné de bébé : toute une histoire !

Comme pour l’adulte, le nez bouché chez l’enfant peut découler de plusieurs causes : un rhume banal, une petite grippe, une allergie (rare), un certain degré de pollution atmosphérique (travaux dans le voisinage ou orages), etc. Parfois, la congestion nasale se produit sans aucune cause particulière. Bien que ce symptôme soit parfaitement bénin, il peut entamer le confort et la qualité de vie de l’enfant qui devient de mauvaise humeur. Dans le cas d’un nez souvent bouché, l’enfant peut avoir du mal à s’alimenter correctement pour deux raisons : sa respiration est par définition gênée, et ses sens de l’odorat et du goût sont réduits, ce qui baisse son appétit. Le sommeil peut également poser problème, surtout lorsque les voies nasales sont congestionnés par un épais mucus.

Le nez congestionné chez le jeune enfant est d’autant plus dérangeant que ce dernier est incapable de respirer par la bouche durant les 12 premiers mois de sa vie. Il voit donc son seul « moyen de respiration » altéré. Notons également que l’enfant est incapable de réaliser une expiration forte et volontaire (se moucher, en d’autres termes), jusqu’à l’âge de 3 ans. Vous mesurez donc l’importance d’aider bébé à expulser le mucus qui tapisse ses parois nasales… sans agresser sa muqueuse et, plus largement, sa sphère ORL encore fragile et toujours en développement. Mais comment moucher bébé en toute sécurité ?

Comment moucher bébé sans altérer sa muqueuse nasale ?

Attention. Le nez bouché est un symptôme courant et bénin, mais les parents doivent consulter dans les cas suivants :

  • Détresse respiratoire ;
  • Otites à répétition ;
  • Fièvre persistante à plus de 38,5° C (d’où l’importance d’avoir un bon thermomètre sans contact) ;
  • Vomissements et diarrhées (risque de déshydratation).

Si la congestion nasale apparaît en dehors de ces symptômes, quelques petites mesures de bon sens soulageront l’enfant pour qu’il puisse retrouver sa qualité de vie. Commencez par réaliser un lavage du nez au sérum physiologique, préférentiellement avec le repas ou avant le coucher. Commencez par incliner la tête de bébé sur le côté et introduisez très délicatement l’embout du spray ou de la dosette dans sa narine. Faites en sorte de maintenir délicatement la tête de bébé pour prévenir tout geste brusque qui pourrait le blesser. Réalisez une pulvérisation franche avec suffisamment de pression pour atteindre le haut du conduit nasal et faire en sorte que le liquide sorte par l’autre narine. Redressez la tête de bébé pour que les mucosités puis s’écouler hors de ses narines, puis répétez l’opération de l’autre côté.

Cette opération permettra de débarrasser bébé du mucus fluide et transparent qui caractérise les débuts de rhume ou les allergies. S’il souffre plutôt d’un mucus épais qui s’accumule jusqu’à bloquer sa respiration nasale, vous allez devoir opter pour un mouche-bébé électrique, doté d’une puissance d’aspiration adéquate. Suivez les consignes du fabricant et prenez soin de stériliser l’embout avant chaque utilisation. N’oubliez pas de boucher la narine opposée lors de l’aspiration pour une meilleure efficacité. Lisez ce guide pour vous aider à choisir un mouche bébé électrique.

Si bébé a trop souvent le nez bouché, vérifiez qu’il n’est pas exposé au tabagisme passif (qui paralyse les cils de la muqueuse nasale), que l’hygrométrie de sa chambre est dans l’intervalle physiologique (entre 40 et 55 %), que l’air n’est pas chargé en particules de poussière (notamment s’il y a des travaux dans les environs) ou encore que votre routine d’hygiène (vos mains, les tétines…) est au point.

Click here to add a comment

Leave a comment: